Maison de la Gemme

28 Mai

Tradition forestière landaise

La maison de la gemme accueille les visiteurs chaque mardi de 10h à 12h.

Origines du gemmage, histoire sociale et perspectives… Venez visiter ce lieu culturel riche en histoire.

Pour les visites de groupe ou pour une visite individuelle sur rendrez-vous, appelez au 06.80.20.06.29 ou au 06.30.07.24.81.

L’invention du gemmage remonte à l’époque gallo-romaine, mais le procédé se généralisa dans les landes de Gascogne à partir du milieu du XIXe siècle avec la fin du système agro-pastoral et le boisement massif de la plaine sableuse des Landes. Le gemmage est une activité très caractéristique de l’exploitation traditionnelle de la forêt de pin des Landes.

L’origine du mot gemmage provient de la Gemme: résine du pin maritime.

Un article du Sud Ouest  publié avant l’ouverture explique bien ce projet : « Ce pari – ou ce défi – lancé voici quelques années par quelques tenaces personnes soucieuses de transmettre ce qui a fait la vie économique d’une époque aujourd’hui révolue est proche de son épilogue. La Maison de la gemme va bientôt ouvrir ses portes. Lors d’une énième réunion, lundi, la solide équipe de bénévoles qui, généralement, se retrouve tous les mardis pour aménager le local et récupérer outils et documentation sur l’âge d’or de la résine, a en effet décidé de la date inaugurale de cette maison. Ce sera début octobre.

Ce bâtiment – à l’origine une bergerie – ouvrira donc ses larges portes aux visiteurs. Véritable encyclopédie, ce lieu témoigne d’un siècle où la récolte de la gemme, poussée par des utilisations diverses et de plus en plus importantes, a vu son activité croître, puis s’éteindre dans les années 1960. Activité essentiellement manuelle, la concurrence de pays à bas coûts et l’obtention de la substance au travers des dérivés papetiers n’ont pas permis au résinier de pouvoir vivre de son activité.

Activité saisonnière de surcroît – s’exerçant l’été car la chaleur favorise la coulée de la gemme -, les conditions de travail, rudes, ont progressivement fait disparaître le résinier, cet homme grand, sec, avec la peau ridée par le soleil sous son éternel béret. Il ne reste aujourd’hui que quelques témoins de cette période pour raconter. Ceux qui, à 14 ans, juste après le certificat d’études, avaient leur emploi tout tracé : résinier, comme leur père.

Transmettre une histoire

Lorsqu’il pénétrera dans cette maison chargée d’histoire, le visiteur sera saisi par la rudesse de ce métier disparu. L’équipe des bénévoles qui a réalisé cette maison a su fort bien restituer la pénibilité, la dureté de ce métier, pour ne pas oublier, pour transmettre une histoire, mais aussi des valeurs. Déjà, des conférences ont été organisées avec les enfants de Lesperon, mais aussi avec d’autres écoles de la région. En deux années, une dizaine de manifestations ont été organisées. Elles s’intensifieront au fil des ans, sous des formes à préciser et sur lesquelles les membres constitués en association nourrissent leur réflexion.

Hélène Cousseau, le maire, apporte son appui : « Ce projet, devenu réalité, est un pôle attractif pour le village. » Le prochain objectif sera de le faire connaître et de travailler à l’apport d’aides permettant de développer son intérêt.  » Article du Sud Ouest du 9 septembre 2016.

Leave a Reply

Visit Us On FacebookVisit Us On PinterestVisit Us On YoutubeVisit Us On Instagram